Les Coeurs Fêlés

Poèmes Hans Limon. Photographies Julie Peiffer. Septembre 2017

Ils ont prisé l'amour à n'en plus respirer,
gouté cette lie-cœur aux poètes sacrée,
creusant jour après jour un gouffre de regrets
plus morne que la mort, sous d'orgueilleux cyprès.
Ceux-ci ont vu l'aurore éclairer les balcons,
sans penser un instant qu'un funeste flacon 
ternirait leur printemps, vert de baisers mouillés,
chérubins de Vérone à jamais sacrifiés.
Ce barde échevelé sonda les précipices 
dans l'espoir insensé d'y cueillir Eurydice, 
n'ayant pour tout bagage au plus fort de la lutte 
que l'ombre du génie, son délire et son luth.
Sur un bateau voguant vers l'ivre Cornouailles,
deux jouvenceaux charmés fêtent les fiançailles 
des rudes effusions jetées par-dessus bord.
"Voyez comme il sourit ! comme il rayonne, encore !"
Ariane au fil de l'aube envisage Solal,
séducteur avisé, frénétique, amoral.
Hélas ! le quotidien saura les engluer 
jusqu'au sursaut fatal gonflé d'éther-nuées.
Deux nénuphars flamboient sur un lac de misère.
Chloé vomit son drame et Colin désespère.
La ruine éparpillée réduit les rituels
et dans un coin de nuit soupire un pianocktail.
Comme il faisait bon vivre aux temps du choléra !
Florentino berçait Femina dans ses bras
de maigre musicien, prodigue de caresses !
Et l'or de Juvenal soudoyait les promesses !
Susan trancha huit vies pour oublier la sienne,
semence des Manson, furie californienne.
Ce modeste étudiant s'éprend du monstre blême
et souffle à son chevet sanguinolent : "je t'aime..."
Leurs corps fondus chantent la réunion des âmes,
l'apothéose émue des amants sous les flammes,
ruisselants de sueur, de soie, de soir, de sève.
Qui pourrait soupçonner le maître et son élève ?
Cet homme en aime un autre et se plaît à l'aimer.
Forfait contre-nature : il faut donc l'enfermer,
l'exécuter sur place et laver notre honneur.
Qui méconnaît la loi sacrifie son bonheur.
Parfois, dans la torpeur des froides insomnies,
j'entends le souvenir des illusions bannies
fracasser les miroirs, jusqu'au matin froissé.
Puis je m'endors nouveau, pour mieux recommencer."

 


Hans Limon

Le baiser © Julie Peiffer

  • Instagram Basic Black
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
  • Tumblr Basic Black
  • Black YouTube Icon

Copyright © 2019 Julie Peiffer - Paris -

All rights reserved - Tous droits réservés