Bouton d'Aurore

Poèmes Hans Limon. Photographies Julie Peiffer.  Septembre 2017

Tu perces le sommeil, sans un mot, sans un bruit.
S'il est des abat-jours, tu es mon abat-nuit. 
Tu me fais l'impression, dans cette chambre étanche,
d'une rose très fière ou d'une orchidée blanche.
Ta silhouette mince enflamme le volet
d'où s'apprête à bondir le réveil affolé.
Armée de paix sauvage et de rayons sans nombre,
tu envisages l'aube et dévisages l'ombre.
Sous tes cheveux de songe un regard d'opéra 
proclame à chœur ouvert l'orgueil du Sahara. 
Et mon œil apathique absorbe la rivière 
épandue sur ta robe en gerbes de lumière.
Tu berces le soleil qui s'embrase et s'enfuit
par l'herbe matinale exigeant ton appui.
Dans un ruissellement de souffle incorruptible,
ton calice caché se livre à l'impossible.
Aucune effloraison sans ton marbre de vie.
S'il est un Dieu céleste, à coup sûr il t'envie.
Quelle est cette nuée qui soudain me démange ?
Rien d'autre qu'un reflet du reflet de ta frange.
Sur ta joue baguenaude un spasme virginal,
sublime et minuscule : ainsi subliminal.
Et mon corps prend conscience au fur et à mesure
que s'ébauche ta rime au creux de sa césure.
Une averse vermeille inonde mon ennui,
recouvrant mon toujours d'un peut-être fortuit.
Quelle est cette fraîcheur au chevet de mon être ?
Rien de moins qu'un reflet de l'ange à ma fenêtre."


Hans Limon

© Julie Peiffer 

Modèle Myriam Tekaïa

  • Instagram Basic Black
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
  • Tumblr Basic Black
  • Black YouTube Icon

Copyright © 2019 Julie Peiffer - Paris -

All rights reserved - Tous droits réservés