Celle que l'on choisit

Chanson Hans Limon. Photographies Julie Peiffer.  Août 2017

(chanson)

pas la peine de me pondre un clocher 
je ne te laisserai pas me toucher 
je prends la route je quitte la ronde 
ce soir je déserte les clichés

j'étais la seule j'étais l'unique
la clé de voûte la pure logique 
tu m'avais chopé des comètes 
pour m'en faire des robes des tuniques

tu voulais m'écrire tout un drame 
y graver ta chair et mon âme
j'étais la Reine j'étais divine 
mais la seconde après ta femme

alors je trace je me tords je me tire

parce que je veux être celle qu'on choisit 
je veux un minus je veux un transi 
celle qui vaut mieux celle qui vaut plus 
la chère et tendre qui n'a pas de prix

moi je veux être celle que tu choisis
ta petite puce ton ecstasy
celle qui te promène quand tu prends le bus 
celle qui donne du poivre à ta vie

j'ai tapé du poing sur la table
j'ai vomi ton piège éjectable 
je ne m'en suis toujours pas relevée
je pleure je pleure c'est pitoyable

j'ai démonté toutes les trotteuses 
qui tremblaient comme des malheureuses 
j'ai dessiné sur les cadrans 
ta caboche à la sulfateuse

je voudrais dire au monde entier 
l'amour la peur et la pitié 
qui se bagarrent tout au fond de mon cœur 
mon cœur qu'on étouffe d'amitié

pourtant je me casse je sors je me tire

parce que je veux être celle qu'on choisit 
celle qui fait rougir l'amnésie 
celle qu'on poursuivra n'importe où
mais n'importe où c'est par ici

moi je veux être celle que tu choisis 
ton hydromel ton ambroisie 
celle qui l'emporte sur toutes les belles 
celle qui t'emporte au Paradis

si Cupidon crève affamé
tant pis pour lui : comptoir fermé 
j'irai me faire tatouer sur le bras
"tu n'aimeras plus jamais jamais"

il faudrait colmater mes failles 
aspirer mon deuil à la paille 
sonder la perte compter les morts 
comme au soir d'une sanglante bataille

la mosaïque de mes regrets 
m'empêche de voir le jour d'après 
je marche et parle à reculons 
je cherche à fuir malgré malgré

puis je me fracasse je meurs de rire

parce que je veux être celle qu'on choisit
celle qui provoque la frénésie 
qui chante qui chiale qui charme qui choque
plus qu'un concert de Valkyries

moi je veux être celle que tu choisis
quitte à refaire l'anesthésie
quitte à repartir en Enfer 
mais l'Enfer bébé c'est la vie

sous ma couronne de chrysanthèmes 
l'espoir chantonne de longs poèmes 
quitte à refaire les mêmes conneries
je ne veux qu'une chose : toujours la même

je veux qu'on m'aime 
qu'on m'aime encore 
qu'on m'aime d'abord 
comme un baptême 
comme un blasphème 
comme un pari"
H. Limon

© Julie Peiffer 

Modèle Lyana

  • Instagram Basic Black
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
  • Tumblr Basic Black
  • Black YouTube Icon

Copyright © 2019 Julie Peiffer - Paris -

All rights reserved - Tous droits réservés